Ma vie de courgette #2

Ma vie de courgette

La vie c’est chouette quand mon pré-ado fête ses 12 ans dans la joie, la bonne humeur, et que pour une fois j’ai prévu un menu facile à faire et pas trop contraignant en temps …

La vie c’est très chouette quand j’arrive à me reprendre en main et à reprendre mes notations d’aliments WW !

La vie c’est beaucoup moins sympa quand dans le même temps je ne maitrise aucune pulsion alimentaire, quand je rejette l’idée de faire appel à tout ce que j’ai appris en sophrologie et que je me vois m’enfoncer sans réagir…Une courgette de compétition, quoi…

La vie c’est cool quand les enfants sont partis pour la semaine, que le soir, je souffle dans le calme, que mercredi, mon mari m’a emmené au resto comme ça au débotté, mais c’est beaucoup plus agréable, quand je sais que tout à l’heure, ils reviennent…

La vie, c’est si bon, quand je sais que je vais passer le réveillon avec 2 amies qui me sont chères et leurs familles…

Et pour finir, mes 3 bonheurs du web pour la semaine :

– Le dernier post de Trash Cancan qui m’a rappelé le coup de cœur que j’avais eu l’année dernière pour la BD éponyme

– J’aime ce blog, Rural Rules et les billets de Fabien Grenier dans Rue 89

– Et je découvre ce blog sur le voyage, l’Oiseau Rose, qui me fait rêver, en gardant les pieds sur terre !

Bon week-end…

Publicités

Abeille butineuse

ruche

Tous les jours, je me dis que tel ou tel menu évènement de ma vie est sans doute bien « bloguable ».. Un vieux réflexe sans doute, mais le temps est court et la fourmi industrieuse  bien occupée.

Dans un vieil article que j’ai lu récemment, quelqu’un se demandait pourquoi les gens achetaient en supermarché, et la réponse est là, aveuglante, la fourmi n’a pas le temps…

Mais la fourmi est gourmande, et il faut bien avouer que mes petits kilos en trop ne se sont pas installés par hasard… Je suis assez passionnée de cuisine, en fait et je trouve toujours le temps de cuisiner à peu près tout moi-même. J’ai abandonné de faire mon pain, parce que son goût rustique ne plaisait pas à mon mari (Ce que je regrette ce bon pain, misère…) mais en revanche, j’ai les félicitations du jury  familial pour tout le reste…

Et quand je dis tout… Les plats tout préparés ne sont jamais passés chez moi; D’ailleurs, les enfants ont découverts, stupéfaits, à la cantine de l’école primaire, l’existence d’un poisson étrange, sans queue ni tête et de forme carrée. Mon fils, 5 ans à l’époque,  a demandé à la célèbre « dame de la cantine » comment pouvait faire ce poisson pour nager…

J’ai cuisiné leurs goûters (Petits muffins salés ou sucrés), leurs desserts, les plats de chaque jour, expliqué les goûts, les épices, les couleurs, enregistré récemment une demande de confection de barres énergétiques maison (Work in progress...), encouragé leur père dans son projet de jardin potager, cuisiné et congelé les légumes produits, fourni des fruits et récupéré des pots et des pots de confiture ou gelée maison made by ma mère..

Mais le fait est que malgré le soin que j’y apporte, mon approvisionnement reste encore trop lié à la grande distribution…  J’ai un boucher qui élève ses animaux, plusieurs boulangers, un jardin mais pour le reste du temps ?

Je viens d’adhérer à la ruche qui dit oui, qui ouvre une antenne près de chez moi. Le principe, réunir des producteurs et des consommateurs… Je vais pouvoir consommer légumes, viande, fromages, herbes médicinales et autres en locavore…

Un peu plus de temps passé certainement.. Mais si peu finalement… Je ne grignote jamais les produits frais ni de qualité. Que des cochonneries… Peut-être est-ce une clef ?

 

 

Espace de travail

Accesoires de bureau

Les temps sont durs au travail..

Délocalisation, stress, angoisse du lendemain et pression du chiffre et des résultats…

Au fil des années, je me suis approprié cet espace de bureaux pas assortis et d’armoires dépareillées… Et aujourd’hui, j’y ai mis la dernière touche, plutôt comique quand on sait que dans 6 mois je n’y serai plus… (Mais, j’aurai toujours un travail, ce qui est LE point, mais qui n’est pas non plus une raison pour tout accepter…)

Par ordre d’arrivée, sont venus donc agrémenter ma vie laborieuse

– Ma plante anti-pollution, offerte à tous les participants lors d’un séminaire, pour laquelle j’ai fait l’acquisition d’un joli pot ROSE et qui résiste à tous les arrosages ou non-arrosages de ma part, de celle de mes collègues et même de la femme de ménage !

– Ma très girly trousse « Paris » avec une pendeloque en forme de Tour Eiffel. A la base, elle a été offerte comme contenant de chocolats à ma mère. J’ai recyclé ce bel emballage, que plusieurs collègues m’envient…

– Ma souris ROSE m’a été offerte il y a 2 ans par ma collègue pour remplacer ma triste souris noire en état d’agonie avancée…

– A Londres, l’année dernière, suite à un pari idiot, j’ai acheté ce magnifique mug  » Royal Wedding » dans lequel je bois tous les jours mes excellents thés Kusmi que je préfère au triste Lipton fourni par l’entreprise (Les amateurs de thé comprendront…)

– Aujourd’hui, je me suis donc offert ce diffuseur d’huiles essentielles ROSE à port USB dans lequel j’ai instillé un complexe HE sobrement nommé « zen » et qui ne pourra pas nuire à notre ambiance…

Voilà, maintenant qu’il va falloir déménager, je suis enfin bien installée, avec de plus un fauteuil de bureau gentil avec mes lombaires, des collègues que j’apprécie la plupart du temps et parfois un peu de musique douce à la radio…

PS Je suis une grande fan d’une certaine couleur, sauras-tu la retrouver ?

 

 

Plaisir simple

citadelle

Quel plaisir d’aller se promener dans la campagne avec une amie

Quel plaisir de découvrir un petit lac que je ne connaissais pas

Quel plaisir d’avoir annulé la balade à la grande Braderie noire de monde

Quel plaisir, cet été de la St Martin qui nous arrive, si éphémère, si fragile et si beau

Quel plaisir, ces discussions sans fin, en s’autorisant à ne pas être d’accord sur tout

Quel plaisir d’avoir dormi et dormi pour évacuer la tension de cette semaine

Quel plaisir, finalement, de passer bientôt une nuit à Paris pour ce séminaire, même si l’organisation familiale va être intense

Quel plaisir, ce silence des moteurs dans les chemins de terre

 

J’aurais dû prendre des photos, mais est-ce que ça n’aurait pas tout gâché ? Celle-ci existait, je l’ai empruntée…

Le bonheur est simple, ce moment d’hier en était un.

Grisaille et motivation

birch août 2014

Je n’avais pas réalisé avant hier soir, veille de ma reprise (Oui, je reprends un mardi, c’est ma façon de gérer le blues du dimanche soir) à quel point cette année je m’étais, et ce dès le premier jour, déconnectée des contingences laborieuses.

Déjà, la reprise du sport arrêté en juin pour cause de surchauffe agendesque avait donné un coup d’arrêt aux vacances, et la vue de mes bourrelets dans la glace est définitivement une vraie source de motivation. Mais hier soir, je me suis sentie tellement loin, tellement détachée.

Bon, ce détachement vient de voler en éclats puisque j’achève à l’instant la lecture de tous les mails URGENTS et le remplissage de la feuille de cahier consacrée à la « To Do List », mais l’impression de sérénité persiste, même si je me demande vraiment comment je vais perdre les 10 kgs d’ici Noël puisque je refuse catégoriquement de refaire un énième régime. Je mise sur la pleine conscience et la raison. On verra bien.

Et puis, cet été, j’ai retrouvé le goût de me bichonner. L’abonnement à la Birchbox a été un très bon investissement, finalement…

Motivée (Mais inquiète)

Image

Ce soir, après plus de 2 ans d’arrêt, je reprends une activité que j’ai pratiquée intensivement pendant des années…

Le fitness…

J’ai un peu l’appréhension d’être rouillée/d’être mal dans ma peau/d’être la plus grosse/d’être la moins résistante (Ne SURTOUT rien rayer), mais j’en ai furieusement envie..

Donc ce soir, un cours de body work qui va me filer des courbatures pur 3 jours…(Bon, je vais éviter d’ajouter du poids pour une reprise, et faire un étirement supplémentaire une fois rentrée à la maison)

En même temps, j’ai l’impression de me retrouver, je me sens revivre…

Dé – lost-ée

oeuf

De retour de séminaire, –Je suis très fière de moi- de retour de repas de famille – je suis moins fière de moi-, en attente de fille en Italie – je suis inquiète de ses pleurs, ma demoiselle si positive d’attitude-

J’ai « réussi » à ne pas reprendre de poids… C’est un mystère quand même,

J’ai réussi à m’engager dans une démarche de sophrologie qui me fait du bien…

Je n’ai pas réussi à bien dormir, à cesser de procrastiner, à m’affaler, l’esprit vide et le corps pas alerte…

 

Bon, c’est pas tout, faut que j’aille acheter mes chocolats de Pâques…