Espace de travail

Accesoires de bureau

Les temps sont durs au travail..

Délocalisation, stress, angoisse du lendemain et pression du chiffre et des résultats…

Au fil des années, je me suis approprié cet espace de bureaux pas assortis et d’armoires dépareillées… Et aujourd’hui, j’y ai mis la dernière touche, plutôt comique quand on sait que dans 6 mois je n’y serai plus… (Mais, j’aurai toujours un travail, ce qui est LE point, mais qui n’est pas non plus une raison pour tout accepter…)

Par ordre d’arrivée, sont venus donc agrémenter ma vie laborieuse

– Ma plante anti-pollution, offerte à tous les participants lors d’un séminaire, pour laquelle j’ai fait l’acquisition d’un joli pot ROSE et qui résiste à tous les arrosages ou non-arrosages de ma part, de celle de mes collègues et même de la femme de ménage !

– Ma très girly trousse « Paris » avec une pendeloque en forme de Tour Eiffel. A la base, elle a été offerte comme contenant de chocolats à ma mère. J’ai recyclé ce bel emballage, que plusieurs collègues m’envient…

– Ma souris ROSE m’a été offerte il y a 2 ans par ma collègue pour remplacer ma triste souris noire en état d’agonie avancée…

– A Londres, l’année dernière, suite à un pari idiot, j’ai acheté ce magnifique mug  » Royal Wedding » dans lequel je bois tous les jours mes excellents thés Kusmi que je préfère au triste Lipton fourni par l’entreprise (Les amateurs de thé comprendront…)

– Aujourd’hui, je me suis donc offert ce diffuseur d’huiles essentielles ROSE à port USB dans lequel j’ai instillé un complexe HE sobrement nommé « zen » et qui ne pourra pas nuire à notre ambiance…

Voilà, maintenant qu’il va falloir déménager, je suis enfin bien installée, avec de plus un fauteuil de bureau gentil avec mes lombaires, des collègues que j’apprécie la plupart du temps et parfois un peu de musique douce à la radio…

PS Je suis une grande fan d’une certaine couleur, sauras-tu la retrouver ?

 

 

Une envie débordante

Image

C’est curieux, cette envie de pleurer qui ne me quitte pas… Cette boule à la gorge permanente. Et puis, le retour des vertiges, les palpitations cardiaques, l’hypertension..

Bref, je dois régler ces problèmes d’insomnie, cette immense fatigue… Et comme je surfe « grâce à’ mon portable au lieu d’essayer de me rendormir, parce qu’on s’ennuie et on rumine, à 3 heures du matin, à côté d’un ronfleur, j’ai pris une décision :

Le portable a quitté la chambre…

J’ai bien mieux dormi cette nuit.. Je vais donc m’en tenir à ma recette précédente : Le livre, ou encore mieux ma liseuse, resteront les seuls soutiens et les seuls dérivatifs de mes insomnies.(En fait, les HE et la passiflore aussi, mais je vais y revenir plus tard, je crois)

Définitivement, j’aime ma liseuse…

Savoir (s’)aimer

Image

Petit bilan de sophrologie : Je ne m’aime pas, et je ne me sens pas libre. Faire passer les autres avant soi-même n’est pas une solution. Se dégoûter de soi-même pour quelques petites défaillances mineures est tellement disproportionné que je ne m’en rends même pas compte…

A travailler : Se ménager des espaces de liberté, et apprendre à s’aimer…

Je sens que ça va être long…

Dé – lost-ée

oeuf

De retour de séminaire, –Je suis très fière de moi- de retour de repas de famille – je suis moins fière de moi-, en attente de fille en Italie – je suis inquiète de ses pleurs, ma demoiselle si positive d’attitude-

J’ai « réussi » à ne pas reprendre de poids… C’est un mystère quand même,

J’ai réussi à m’engager dans une démarche de sophrologie qui me fait du bien…

Je n’ai pas réussi à bien dormir, à cesser de procrastiner, à m’affaler, l’esprit vide et le corps pas alerte…

 

Bon, c’est pas tout, faut que j’aille acheter mes chocolats de Pâques…

Epuisée, mais apaisée

Image

 

Etrangement, après un week-end épuisant, tout va mieux. Pourtant, il y a eu ce choc de ce voir aussi bouffie dans une vitre à côté d’autres… Décidément il y a des jours où cette masse de cheveux frisés qui sont ma marque de fabrique familiale m’indispose…

Et puis, il y a eu ce grand chaud dans le coeur de se rendre compte qu’on était appréciée, voire aimée…

Me voilà requinquée. J’aimerais me mettre à la marche en pleine conscience bientôt… le soleil semble rendre tout possible…

Percer la coquille

Image

C’est plutôt étonnant, ce blog qui va à contrecourant de mes activités bloguesques habituelles.

Plus de plaisanteries ou de longs textes, plus de fioritures.. Et plus de public puisque je ne manifeste nulle part mon existence -pour l’instant du moins-.

L’impression de muer, de changer de peau, de m’alléger aussi.

Je ne sais pas si « je deviens moi » ou si je m’éloigne de moi-même. Disons que mon moi intérieur, ici, est bien moins gai et primesautier que mon moi social…

Sur un autre registre, la procrastination reste ma pire ennemie… On peut faire des ré-éducations alimentaires, je me dis parfois qu’il me faut une ré-éducation comportementale…